Œufs cocotte fondue de poireaux sauce munster

Il y a des plats comme ça qu’on se dit toujours qu’il faudrait qu’on essaie. On regarde plein de recettes mais on ne les fait jamais. Parce qu’on n’a pas les ustensiles adéquats, ni les ingrédients nécessaires… ni le temps…

Les œufs cocotte font partie de ces recettes. Ça faisait des semaines (voire des mois) que j’avais envie d’en faire mais je n’avais pas de plats individuels passant au four ! C’est bête quand même… Être bloquée par un plat ! Surtout que les œufs cocotte, c’est vraiment tout simple à faire. Un peu comme les eggs boats : un œuf et après on met ce qu’on veut dedans ! J’aime bien ce genre de recettes qui permettent des libertés.

Il me restait des poireaux, des pommes de terre, et le matin même nous avions acheté un quart de munster… alors voilà, je me suis lancée avec cette base d’ingrédients. Normalement, enfin dans la plupart des recettes que j’ai pu voir, il fallait de la crème fraîche… J’ai fait sans.

Pour 3 œufs cocotte (et non, le nom « cocotte » ne vient pas du fait que j’ai utilisé du munster… quoique…) :

  • 6 pommes de terre PL (de taille « normale », ni grande, ni petite… au pire, c’est pour faire de la purée, donc ce n’est pas perdu)
  • 5 blancs de poireaux PL (plus ou moins, ça dépend de la taille de vos blancs… les miens étaient petits)
  • 3 œufs AB
  • 200 ml de lait entier AB (+ quelques ml pour la purée, en fonction de vos pommes de terre)
  • 1/4 de munster AB (environ 100 g)
  • 10 g de beurre doux AB
  • 1 cs d’huile d’olive AB
  • sel PF
  • poivre

Je commence par éplucher les pommes de terre, que je coupe ensuite en morceaux. Je les mets dans une casserole d’eau légèrement salée (n’oubliez pas le sel comme je l’ai fait) et je laisse cuire.

Je prépare ensuite les blancs de poireaux. Je les coupe en deux dans le sens de la longueur, puis en fines lanières toujours dans le sens de la longueur. Je les lave soigneusement : les poireaux ont tendance à être plein de terre.

Dans une sauteuse (ou un wok), je fais fondre le beurre dans l’huile. J’ajoute ensuite les lanières de poireaux, je mélange et je laisse cuire tout doucement à couvert en remuant de temps en temps pour que ça n’attache pas (trop en tout cas… si ça caramélise un peu, ce n’est pas très grave, c’est même meilleur… Ticœur ne dira pas le contraire…) A la fin de la cuisson, les poireaux doivent être hyper tendres. J’assaisonne légèrement en sel et poivre (pas trop de sel, car le munster est déjà salé).

Pendant que tout cuit, je prépare la sauce au munster. Je gratte légèrement la peau du munster pour retirer la partie « pâteuse » orangée qui colle aux doigts et qui pue. Je n’enlève pas entièrement la peau car sinon il ne reste rien en fromage. Je le coupe ensuite en petits morceaux que je plonge dans une casserole contenant le lait. Je laisse chauffer à feu moyen le temps que le fromage fonde.

Quand les pommes de terre sont cuites, je les égoutte et les mets dans un saladier. Je les écrase à la fourchette et j’ajoute un peu de lait pour lier le tout.

Dans 3 petits plats allant au four, je dispose une couche de purée de pommes de terre dans le fond, puis une couche de fondue de poireaux. Je casse un œuf dans chaque plat puis je verse la sauce au munster tout autour.

Je place les 3 petits plats dans un grand plat dont je remplis le fond d’eau. Je place ce grand plat au four préchauffé à 180°C pendant 10-15 minutes… en fait, jusqu’à ce que le blanc d’œuf soit cuit mais pas le jaune… C’est ce qui le plus difficile à réaliser dans cette recette.

A déguster à la sortie du four avec quelques mouillettes de pain.

OEufs cocotte poireaux sauce munsterLe munster donne un petit goût amer qui peut paraître désagréable au début, mais finalement, on s’y fait. Mais si je dois refaire cette recette, je préférerai un fromage plus doux, type reblochon.

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai oublié de saler l’eau des pommes de terre, du coup, la purée était un peu fade si on ne tombait que sur ça. Mais mélangée à la sauce au munster et à la fondue de poireaux, ça passait déjà beaucoup mieux.

3 commentaires

  1. TiCoeur

    « la partie « pâteuse » orangée qui colle aux doigts et qui pue » j’aime 😀

    Je confirme, pour les amoureux de plats un peu plus « salés », il ne fallait pas tomber sur la purée seule! Toutefois, bien mélangé au reste, je confirme, ça passait crème si je puis me permettre.

    J’approuve également le commentaire sur le reblochon. Globalement, je suis d’accord avec le chef quoi.

  2. Mathieu

    Humm rien que de regarder la photo ca me donne faim…
    bon, en même temps il est l’heure d’aller manger 🙂

    Ca me rappelle également comme c’etait bon ! Une bien bonne idée de recette. On refait avec du reblochon alors ? Miam !

Laisser un commentaire