Flammekueche

Ce week-end, c’était opération parquet dans notre chambre. Enfin ! Depuis le temps qu’on l’attendait celui-là. Et qui dit parquet, dit belle-famille à la maison pour donner un coup de main, car ce sont de bons bricoleurs et qu’à 3 ou 4, on avance beaucoup plus vite pour poser du parquet. Surtout quand c’est le troisième parquet de l’appartement qu’on fait… Enfin, quand je dis « on », c’est surtout Ticœur, Belle-Maman et Beau-Papa qui bossent, et GrandFrère de Ticoeur cette fois-ci, pendant que moi je m’occupe un peu des enfants et surtout de faire la cuisine.

Et les ouvriers, il faut les nourrir ! Vu la chaleur écrasante de ces derniers jours, il nous fallait quelque chose d’assez léger, mais qui nourrit son homme (et femme). Je pensais au départ refaire une petite pizza tomates aubergine, mais Beau-Papa n’est pas fan des aubergines. Et le week-end, la viande c’est permis ! C’est notre nouvelle « religion ». On est très végétarien la semaine, et on mange un peu de viande le week-end quand on est invité chez les parents par exemple.

Donc, un plat rapide à préparer, convivial, avec un peu de viande, ça donne : une flammekueche !

Vu que c’était ma première tentative de flammekueche, j’ai comme d’habitude chercher une recette. Je suis très vite tomber sur celle de Chef Nini (et quand on s’appelle Virginie, c’est un gage de qualité :p)

Pour la pâte, j’ai doublé les proportions, car nous étions 6 à manger tout de même :

  • 500 g de farine T55 AB
  • 10 cl de 4 huiles AB (je n’ai pas d’huile de colza, mais j’ai un mélange de 4 huiles dont de l’huile de colza, je me suis dit que ça ferait l’affaire)
  • 2 pincées de sel PF
  • 20 cl d’eau tiède

La veille, afin de ne faire que le minimum le jour de la pose du parquet, je prépare la pâte. Dans un saladier, je mets la farine et le sel, puis l’huile et l’eau petit à petit.

Et je pétris jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Je la coupe ensuite en deux et l’emballe dans du film alimentaire pour la conserver au réfrigérateur jusqu’au lendemain.

Le jour J, je l’étale avec un peu de farine sur mon plan de travail avec mon rouleau puis je la pose sur la plaque qui va au four, ou la lèchefrite, recouverte de papier sulfurisé. Je finis de l’étaler ou de l’étirer un peu à la main pour recouvrir toute la surface. La pâte doit être assez fine au final.

Puis je mets la garniture, que je n’ai finalement pas doublée (sauf pour les lardons) car les quantités ont suffi pour les 2 grandes flammekueches que j’ai faites :

  • 100 g de fromage blanc PF
  • 200 g de crème fraîche épaisse PL
  • 3 oignons PL
  • 400 g de lardons fumés PF (si vous trouvez des allumettes fumées à la place, c’est encore mieux.. Moi je me suis amusée à les couper en deux dans le sens de la longueur, et du coup à les dégraisser un peu)
  • poivre
  • sel PF

Dans un bol, je mélange le fromage blanc et la crème fraîche. J’ajoute sel (pas trop, car les lardons sont déjà salés) et poivre.

J’émince très finement les oignons. Plus c’est fin, plus c’est facile à cuire.

J’étale une fine couche de fromage blanc/crème fraîche sur les pâtes étalées. (Oui, je sais, je répète souvent les mêmes mots)

Je parsème généreusement d’oignons et de lardons.

Je fais cuire une quinzaine de minutes dans un four préchauffé à 220°C (la recette de Chef Nini disait 10 minutes, mais la pâte n’était pas suffisamment cuite pour la première que j’ai faite donc j’ai laissé la deuxième un peu plus longtemps). Et je passe un peu au grill pour faire dorer un peu les lardons et les oignons.

Flammekueche

A déguster entre amis ou en famille, à la main comme les Alsaciens, roulée !

Et après, vous pouvez passer une partie de votre déjeuner à vous disputer gentiment sur la prononciation du mot « flammekueche », à l’alsacienne ou l’allemande, au choix.

Peu importe la manière de la dire, de toute façon, on ne parle pas la bouche pleine !

3 commentaires

  1. Pingback: Tarte aux oignons rouges - La Cuisine de Niya

Laisser un commentaire