Pulco curd + Scones au lait ribot

Au début de ma deuxième grossesse, j’ai eu une envie incroyable de citron. Première fois que j’ai vraiment ressenti une « envie de femme enceinte ». Il me fallait ma dose de citron quotidienne, surtout en boisson. J’ai donc acheté une bouteille de Pulco pour assouvir cette passion citronnée.

Mais les envies, ça passe… Et il me restait du Pulco dans mon frigo, et je n’avais vraiment plus envie d’en boire. Alors en général, on en proposait aux invités. Peu acceptaient…

Que faire avec un reste de Pulco ?

Et c’est là que je me suis mise à faire ce blog, et donc à consulter d’autres blogs culinaires. Et deux mots revenaient régulièrement : Lemon Curd. Une crème faite à partir de jus de citron (et normalement de zestes…). Et qu’est-ce que le Pulco : presque du jus de citron (mais sans zestes du coup…) ! Voilà, j’avais trouvé une recette !

Mais bon, le « Pulco Curd », ça n’existe pas… en tout cas, je n’ai pas trouvé la recette. J’ai donc adapté les recettes de lemon curd pour mon Pulco. (Je me suis surtout inspirée de la recette trouvée sur le blog Les joyaux de Sherazade)

Et vous savez avec quoi se mange le lemon curd ? Avec des scones bien sûr ! Des petits pains britanniques à déguster au petit déjeuner ou au « tea time ». Encore une recette que j’ai découverte en visitant des blogs. Et comme j’avais du lait ribot dans mon frigo, j’ai suivi la recette du blog A la table de Maman Dine. Pour les incultes comme moi qui ne connaissaient pas le lait ribot (bah oui, ça existe), c’est un lait fermenté d’origine bretonne. (Mais ça existe sous d’autres noms, et donc d’autres origines)

Deux recettes « so (great) british » pour le prix d’une aujourd’hui !

Alors pour le Pulco Curd by Niya, il vous faut :

  • 180 ml de Pulco
  • 150 g de sucre blond de canne AB
  • 3 œufs AB
  • 1 cs de Maïzena
  • 2 cs d’eau froide (pour diluer la Maïzena)
  • 50 g de beurre doux PL

Dans un grand bol, je bats les œufs avec le sucre. J’ajoute le pulco. Je dilue la Maïzena dans de l’eau, puis je l’ajoute à la préparation.

Je mets le tout dans une casserole et je fais chauffer à feu doux tout en remuant sans cesse. Normalement, il faut faire ça au bain-marie… mais ça marche sans, donc pourquoi s’embêter avec le bain-marie.

Quand c’est un peu chaud, j’ajoute le beurre coupé en morceaux pour qu’il fonde dans la préparation… et je continue de remuer, encore et encore et encore… jusqu’à ce que ça épaississe. Je ne sais pas si ce sont mes casseroles ou si c’est ma plaque qui chauffe mal, mais c’est toujours très long à épaissir. Dans les recettes, ils disent 10-15 minutes… Moi, ça tourne souvent autour de 20-25 minutes ! C’est long !

Voilà, c’est tout simple comme recette. Et vous savez quoi… je me suis régalée ! (Seulement « je », car Ticœur n’aime pas le citron… tant mieux pour moi !). J’ai conservé mon Pulco curd une dizaine de jours dans un bocal couvert dans le frigo. Je m’en suis servi entre autres pour garnir une génoise coupée en deux.

Pulco Curd

Et bien sûr, j’en ai mangé avec les scones ! Voici la recette :

  • 250 g de farine de blé T55 AB
  • 15 cl de lait ribot PF
  • 1 paquet de levure chimique
  • 1/2 cc de sel fin PF
  • 50 g de beurre doux PL

Tout d’abord, pensez à sortir votre beurre assez longtemps à l’avance pour qu’il soit bien mou.

Dans un saladier, je mélange la farine, la levure et le sel. Je coupe le beurre mou en morceaux que j’incorpore à la préparation avec mes petits doigts boudinés. J’obtiens une sorte de sable de pâte (façon crumble).

J’ajoute le lait ribot petit à petit tout en mélangeant avec une fourchette. J’obtiens une pâte épaisse qu’il ne faut pas trop pétrir apparemment (c’est sûrement le secret de ces petits pains).

Sur mon plan de travail fariné, j’abaisse la pâte (je l’étale quoi…) sur 2-3 cm et avec un petit verre, je fais des trous, des petits trous, toujours des petits trous… Enfin, je découpe des ronds pour faire mes scones. La recette de base prévoyait une vingtaine de scones, j’ai réussi à en faire 11… Peut-être que mon verre était trop grand déjà, mais aucun diamètre n’était indiqué. (Comme dirait Ticœur, c’est toujours comme ça avec les recettes, il faut déjà être un pro pour les suivre !)

Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, je place mes ronds et j’enfourne dans mon four préchauffé à 210°C (Th. 7) pendant 15 minutes (à surveiller selon votre four pour ne pas faire cramer vos scones).

SconesIls sont marrants ces petits pains avec leur « cicatrice ». On dirait qu’ils n’attendent que ça, ils nous supplient : « SVP, coupez-nous en deux, tartinez-nous de lemon curd et mangez-nous ! ». On ne les a pas fait attendre trop longtemps, leur supplice fut bref ! (avec ou sans lemon curd d’ailleurs !)

 

2 Comments

  1. TiCoeur

    Alors, en effet, les recettes de cuisine, c’est pour ceux qui aiment cuisiner.

    N’étant pas un grand amateur de « faire la cuisine » (car j’adore manger quand même), étant même un peu gauche et surtout très cartésien, je n’aime pas qu’on laisse la place à l’interrogation quand je suis un mode d’emploi!

    Imaginez vous-même un fabriquant de meuble dont je ne citerai pas le nom (il est suédois): « prenez une planche pas trop grande mais pas trop petite non plus et mettez les vis dedans en tournant suffisamment (sans abuser, n’appuyez pas trop fort) puis passez à l’étape suivante (s’il vous reste des planches) ».

    Donc « un verre », en effet, ça n’est pas clair du tout! Mais Niya… Un « petit verre », ce n’est pas mieux!

    Je vous l’accorde, je ne suis pas fait pour la cuisine 😀

    Mais il y a bien un point positif là-dedans: les recettes n’étant jamais parfaites du premier coup (forcément, vu qu’on sait jamais trop ce qu’il faut faire), du coup on est obligé de la refaire! Ainsi, ceux qui aiment manger, comme moi finalement, remercient tous ces cuisiniers qui s’entêtent à vouloir être le plus vague possible.

    Il n’empêche que malgré ce problème ô combien compliqué de taille de verre, eh bien… Ils étaient plus qu’excellents ces scones! Je ne connaissais pas et je me suis régalé avec simplement du bon beurre!

Laisser un commentaire